Fiche documentaire

Pilain

DB00066.jpg

Couverture du catalogue Pilain 1906, imprimé par B. Arnaud, Lyon, 1906
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1906)

DB00067.jpg

Plan en coupe d’un châssis 24/35 HP, catalogue Pilain 1906, p.7, imprimé par B. Arnaud, Lyon
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1906)

DB00117.jpg

Voiture sportive Pilain-Slim dans la Course de côte de Limonest, La vie Lyonnaise n°87, 13 mars 1922
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1922)

DB00119.jpg

Voiture Pilain au rallye-Paper du Motocycle club de Lyon, Annales sportives de lyon et du Sud-est n°18, 16 mai 1914
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1914)

DB01092.jpg

Voiture Pilain ayant effectué l’ascension du Puy-de-Dôme, Les Annales sportives de Lyon et du Sud-Est, sept.-nov. 1913
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (Sept 1913)

François Pilain débute dans l'automobile chez Serpollet à Paris où il est chef des études. En 1890, il se voit confier la responsabilité de la fabrication des tricycles à vapeur système Serpollet aux chantiers de La Buire à Lyon.

En 1893, il a 34 ans, il s'installe à son compte avec le projet de construire des voitures à pétrole sous la raison sociale "Voitures Automobiles F. Pilain et Cie" dans le quartier de Monplaisir à Lyon. En 1898, il part à Villefranche chez Vermorel où il est chargé de créer un département automobile.

En 1902, il s'installe à nouveau à son compte à Lyon et crée la S.A.P. (Société des Automobiles Pilain), avec un capital initial modeste de 160000 francs. François Pilain, ne reçut d'ailleurs, pour ses apports, que cent des 1600 actions émises. Ce capital fut successivement porté à 660000 francs, puis à 1500000 francs en 1905.

Les premières voitures Pilain étaient des 2 et 4 cylindres, et furent présentées en 1902. Le 16 mars 1903, la Société des Automobiles Pilain prit le brevet n°330309 pour une "Boîte d'engrenages à deux attaques directes pour voiture automobile"; il s'agissait en fait d'une boîte de vitesses donnant deux vitesses en prise directe.

Dès 1904, les 2 cylindres étaient abandonnées et la production comportait principalement une 4 cylindres 110x150mm de 20ch (type 4A) à transmission spéciale par deux arbres entraînant des couronnes à dentures intérieures, avec un essieu fixe placé au-dessous (assez proche du type de Dion); le moteur était en T avec soupapes latérales, boîte à 4 rapports et allumage par magnéto basse tension.

Quatre de ces voitures, pilotées par Weitz, Pilain lui-même, Tavernier et G. Cote, participèrent le 4 juin 1904 à la première coupe Rochet-Schneider, où elles prirent les 2e, 5e et 6e places. La même année, dans la Semaine du Dauphiné, ces voitures figurèrent tout à fait honorablement.

Au Salon de fin 1904, Pilain présenta sa boîte de vitesses avec trois rapports en prise directe, qui fit sensation. Tout, chez Pilain, était dirigé vers un fonctionnement silencieux des voitures et ce silence fut bientôt la caractéristique principale et l'argument commercial de la marque.

1905 verra sortir le nouveau moteur 4 cylindres 140x140mm de 40ch (type 4B); il figurera au Salon de fin d'année, où l'on remarqua également le système de mise en marche et d'arrêt du moteur, lequel empêchait que cette mise en marche fût effectuée avant que soient établis le système d'allumage et le débit d'huile de graissage. Cette voiture, pilotée par de Canson, enleva la 4e série du Concours de Côte de Bormes-les-Mimosas en février 1906.

Désormais, Pilain fera des moteurs de plus en plus petits, qui furent des merveilles de mécanique. Ce furent d'abord, en 1906, les 4 cylindres 124x140mm de 24ch (type 4D) et les 4 cylindres 100x130mm de 16ch (type 4E) et de 18ch (type 4G) à deuxième et troisième vitesses silencieuses. Cette année-là, l', pour réorganiser ses services, fit l'acquisition de cinq voitures postales automobiles, qui furent des 16ch Pilain. On lisait, à cette époque, dans un grand périodique: " L'usine Pilain est, sans conteste, une des plus vastes de Lyon, sinon la plus vaste; en l'espace de moins de huit mois, elle a été forcée, à deux reprises différentes, d'opérer d'énormes agrandissements.“  Cette usine se trouvait au 17 chemin de Grange-Rouge, à Lyon-Monplaisir (actuelle rue Maryse-Bastié). En novembre, la Coupe de Béziers fut enlevée par une 24ch Pilain conduite par son propriétaire M. Monnin, battant une trentaine de concurrents français et étrangers. 

En 1907, les affaires se développent. L'Assemblée Générale Extraordinaire du 8 février porte le capital de 1,5 million à 2 millions de francs. Cela ne constitue pas, cependant, un signe d'excellente santé. La Société souffre d'un fonds de roulement insuffisant et ne peut faire face aux immobilisations importantes qu'exige la construction automobile. De plus, trop d'éléments sont achetés à l'extérieur. Depuis quatre ans, Pilain rencontre des difficultés pour régler ses approvisionnements. Aussi, cette année-là, la Société modifie-t-elle son organisation en développant son outillage pour augmenter son indépendance. Au cours de l'exercice, 350 châssis furent fabriqués.

1908 vit l'adoption de l'allumage haute tension et du graissage sous pression. En cours d'année, la marque obtint des premières places dans la course du km lancé organisée par l'A.C. d'Algérie, le concours de côte de Bormes, la course de côte de Limonest et la course de Val-Suzon.

En 1909, sortit un modèle de 1,9 litre, 4 cylindres 90x120mm de 16/20ch (type 4L) avec bloc moteur puis, en 1910, le moteur 4 cylindres 100x140mm de 20/30ch (type 4M) et le 4 cylindres 75x110mm de 12/15ch (type 4O), qui furent construits jusqu'en 1920; vinrent s'ajouter en 1911 un 4 cylindres 65x120mm de 10ch (type 4S), en 1912 deux 4 cylindres 55x110mm de 10ch (type 4U) et 85x185mm de 18ch (type 4T), ainsi qu'un tout petit 6 cylindres 65x120mm de 15/18ch (type 6 R). Ce furent les derniers moteurs nouveaux créés par Pilain.

En 1910, des pourparlers furent engagés avec la Société Nouvelle La Buire Automobiles en vue d'une fusion éventuelle. Ils n'aboutirent pas. A la veille de la Première Guerre mondiale, la gamme Pilain comprenait une grande quantité de modèles allant de 1 à 6,3 litres de cylindrée.

Le 28 août 1913, une 16ch Pilain pilotée par M. Morand, agent de la marque à Clermont-Ferrand, occupée par quatre personnes, fit l' en 10mn 49s à partir du col de Ceyssat; c'était la première fois qu'une automobile réussissait cette ascension sans être poussée ou aidée d'aucune façon dans les passages difficiles.

Après la fin de la Première Guerre mondiale, les productions Pilain, qui ne s'étaient pas modernisées, devinrent trop coûteuses et trop lourdes pour la clientèle et les ventes diminuèrent. La Société cessa ses fabrications peu après. Dès la fin de 1920, les fabrications, très modifiées, avaient été reprises par la Société SLIM.