Fiche documentaire

Paris-Rhône
Berliet et ses fournisseurs: la société Paris-Rhône, extrait de Berliet Informations n°151, juillet 1966

L'entreprise située avenue Mermoz est la voisine de Berliet-Mermoz, de Berliet-Feuillat et de l'usine de Monplaisir.

Pour beaucoup de Lyonnais, Paris-Rhône, c'est essentiellement un fabricant d'aspirateurs, de cireuses et de moulins à café. Or les appareils ménagers ne représentent que le quart de la production de l'entreprise. En effet, l'essentiel de son activité est concentrée sur la fabrication d'appareillages électriques destinés à l'automobile.

Une alerte quinquagénaire

L'origine de la firme remonte à 1915. Sous la raison sociale "Société de Paris et du Rhône" elle se spécialisait alors dans le matériel destiné à l'aviation militaire. Trois ans plus tard, en 1918, un événement spectaculaire, l'invention du dynamoteur, ouvre à Paris-Rhône les portes de l'industrie automobile. Dès 1922, les plus importants constructeurs de l'époque montent en série sur leurs véhicules ce dynamoteur qui assure à la fois la charge de la batterie et le démarrage du moteur à la place de l'antique et incommode manivelle.

Les débuts de la collaboration avec Berliet datent de cette période déjà lointaine. Les deux firmes grandirent parallèlement. Les modestes ateliers de 1915 qui employaient une centaine de personnes sont devenus une importante usine qui couvre aujourd'hui 72000m2 et occupe 3200 personnes. L'effectif se répartit ainsi: 1465 ouvriers, 1336 ouvrières, 340 mensuels (chefs d'équipe, agents de maîtrise, techniciens, dessinateurs) et 59 ingénieurs et cadres. Une école d'apprentissage ouverte en 1946 assure chaque année la formation d'une dizaine de régleurs, outilleurs et chefs d'équipe.

Actuellement, Paris-Rhône se situe après Berliet et Rhodiacéta en troisième position dans le classement des grandes firmes lyonnaises. Depuis le mois d'avril 1966, un Centre de Recherches rassemble dans un local neuf des ingénieurs jusque-là polyvalents et qui se consacrent maintenant entièrement à la recherche scientifique et technique.

La production: équipement automobile

Les trois quarts de la production concernent l'équipement électrique destiné à l'automobile, au poids lourd et à l'aéronautique. Il se répartit de la façon suivante:

Les dynamos ou génératrices fournissent le courant sous 6,12 ou 24 volts pour recharger les batteries automobiles. Il en existe 150 modèles différents variant de 100 à 200mm de diamètre. Production 100000 dynamos par mois.

135 types de démarreurs d'une dimension variant de 85 à 175mm. Production 100000 par mois.

Les régulateurs: ils ont pour rôle de répartir les demandes de courant entre la batterie et l'utilisation. Il convient de distinguer les régulateurs "vibrants" des régulateurs électroniques. Les "vibrants" fonctionnent par contacts électromécaniques tandis que les régulateurs électroniques sont équipés de diodes et de transistors. Ils se vulgarisent de plus en plus malgré leur prix de revient élevé. Ils prendront sans doute la relève des "vibrants" à plus ou moins longue échéance. Production 100000 régulateurs par mois.

Les alternateurs se situent également à la pointe du progrès technique. Déjà ils remplacent les dynamos traditionnelles sur certains véhicules, d'où allègement du poids et réduction de l'encombrement. Enfin et surtout, ils permettent de charger la batterie même au ralenti. Cet avantage est considérable pour tous ceux (représentants, chauffeurs de taxi, etc.) qui pratiquent le porte à porte. Ce sont des alternateurs triphasés à rotor bobiné qui fournissent un courant alternatif transformé en courant continu par des redresseurs au silicium. Pour une même puissance. l'alternateur commence à débiter pour une vitesse de rotation inférieure à celle de la dynamo. D'autre part, la bobine produisant le champ alternatif est montée sur le rotor; elle est alimentée en courant continu par des bagues lisses sur lesquelles portent des balais. Ces contacts tournants, ainsi réalisés, peuvent supporter une très grande vitesse de rotation, celle-ci n'est limitée que par la construction mécanique du rotor et sa résistance aux effets centrifuges. La vitesse limite peut atteindre actuellement 12000tr/mn. On peut donc faire tourner l'alternateur plus vite que la dynamo et, par conséquent, augmenter le rapport de multiplication de vitesse entre le moteur et l'alternateur.

Paris-Rhône équipe 80% des poids lourds français et 50% des véhicules de tourisme. Ses principaux concurrents sont Ducellier en France pour le tourisme et Bosch en Allemagne pour les véhicules utilitaires. La firme s'est lancée depuis peu dans l'exportation. Notons parmi ses clients étrangers: Volvo (Suède), Perkins (Angleterre), International Harvester, Massey Ferguson et Caterpillar.

La production: les appareils ménagers

Le secteur électroménager existe depuis 1922. La présentation des premiers appareils suscita une immense curiosité au premier Salon des Arts ménagers qui se tint à Paris en 1923. Aujourd'hui, la publicité a popularisé le nom de Paris-Rhône pour tout ce qui concerne les aspirateurs, cireuses et moulins à café. En 1965, la production s'est élevée à plus de 200000 unités.

Si l'on cumule les productions d'équipement automobile et ménager, on arrive à une fabrication annuelle de l'ordre de plus de 1900000 appareils (chiffres de 1965). Pour l'assurer, Paris-Rhône consomme en un an 10 millions de kw/h d'électricité et 1400 tonnes de fuel; en outre, la société utilise, chaque mois, 1300 tonnes d'acier, 250 tonnesde cuivre, 100 tonnes de fonte et 100 tonnes d'aluminium.

La collaboration avec Berliet

Il existe entre les deux firmes lyonnaises des liens très anciens. En effet, leur collaboration remonte à l'année 1920. Paris-Rhône peut toujours se vanter d'être le plus important fournisseur de Berliet pour tout ce qui concerne l'appareillage électrique. Toutes les génératrices, les démarreurs et les régulateurs viennent de l'avenue Jean Mermoz. Le voisinage a été d'ailleurs extrêmement commode pour ces deux firmes.

Actuellement, les livraisons de Paris-Rhône à Berliet portent sur 3500 pièces par mois réparties de la manière suivante:

1750 démarreurs,

1400 génératrices d'une puissance variant de 450 à 1000W

350 alternateurs dont les premiers destinés à remplacer les dynamos sur certains véhicules ont été livrés en 1962. Les constructeurs de poids lourds se sont montrés les premiers intéressés par l'application des alternateurs sur les autobus et les camions. Parmi les principaux modèles de notre gamme équipés d'alternateurs citons les autobus PH, le TR12 et le TLM.

L'importance de ce fournisseur le soumet à des obligations: Berliet exige de Paris-Rhône un stock correspondant à deux semaines de consommation.

Si l'on fait le recensement des pièces Paris-Rhône équipant un Stradair on trouve:

un démarreur D11 E84 de 7,2ch, diamètre 115mm

une génératrice G11 C2, diamètre 115mm, fonctionnant avec:

un régulateur ZT212 qui limite la tension à 28 volts et l'intensité du courant à 15 ampères.

 (Juill 1966)