Fiche documentaire

TX 40 Berliet

DB00393.jpg

TX 40 Dumper articulé, 40 tonnes utiles, 4 roues électriques, 1964
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1964)

DB00394.jpg

TX 40 Dumper articulé, 40 tonnes utiles et 4 roues électriques, en action, 1964
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1964)

DB00396.jpg

TX 40, 1964
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1964)

DB00397.jpg

TX 40 sur un terrain difficile, 1964
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1964)

Au début des années 1960, Berliet tente une diversification vers les engins de chantier: mines, terrassements et travaux publics. Sur les chantiers d'autoroute, les ingénieurs de chez Berliet ont remarqué que les gros scrapers américains manquent d'adhérence. Pour remplir leur fonction, ces engins sont accompagnés d'un tracteur à chenilles. Leur essieu avant moteur a peu d'adhérence et le tracteur à chenilles sert à soutenir l'essieu arrière par une poussée sur le butoir de l'ensemble... Une solution peu pratique, à laquelle Berliet va tenter de suppléer. 

Avec l'Institut Battelle de Genève, la marque lyonnaise étudie un dispositif innovant qui consiste en un générateur électrique fournissant simultanément la puissance aux 4 roues et un basculement de la benne par l'avancée du train arrière moteur. Cet engin de 40 tonnes de charge utile, tout droit sorti d'un film de science-fiction, est équipé de freins à disques et d'une suspension hydraulique.

Les moteurs dans les roues sont fournis par Brown Boweri à Bâle. Les essais de cet engin sont très satisfaisants et il est présenté au Salon du poids lourd à Paris en octobre 1964. Mais en raison d'une forte concurrence américaine, Berliet décide de se recentrer sur ses fabrications traditionnelles. Pourtant on observe qu'aujourd'hui tous les dumpers américains de gros tonnage ont des moteurs électriques dans les roues. Enfin, les progrès des pneumatiques autorisant de nos jours une monte simple à l'arrière des autobus, l'introduction d'un moteur électrique dans l'essieu arrière est possible: cette solution permet l'abaissement du plancher et la suppression de la boîte à vitesses. Le TX 40 n'a donc sans doute pas fini d'inspirer les constructeurs actuels!

 (1964)