Fiche documentaire

Domiciles de Marius Berliet à Lyon

DB00392.jpg

Maison construite par Joseph Berliet (père de Marius) en 1896, 20 rue Barodet à Lyon, 1961
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (Déc 1961)

DB01090.jpg

Villa Berliet en construction, 39 avenue Esquirol à Lyon, 1912
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (Mai 1912)

Marius Berliet naît le 21 janvier 1866 au 15, rue Jean-Baptiste Say, dans une maison à étages, sur les pentes de la Croix-Rousse, maison orientée vers le Rhône. Son père, Joseph, travaille à quelques centaines de mètres en qualité de canut dans l'atelier de son cousin Damiron. Marius Berliet fréquente l'école de la Petite Eglise, puis le lycée Ampère qu'il quitte à l'âge de 15 ans. Aîné d'une famille de sept enfants, il entre alors en apprentissage sur un métier Jacquard, puis rejoint son père dans l'atelier familial. La famille s'agrandissant, Joseph Berliet construit une maison 20, rue Barodet : une cour avec deux cerisiers en façade et un jardin potager à l'arrière. Marius aide son père aux finitions. 

Passionné de mécanique et doté d'un esprit entrepreneur, il développe l'atelier familial en lui adjoignant un atelier de fabrication de coiffes de chapeaux au n°5 de la rue Magneval. Entre 1894 et 1899, Marius Berliet mène de front l'affaire familiale et la construction de ses premières voitures; il habite au 20, rue Barodet avec les siens. Lorsqu'il abandonne la direction de Berliet & Bellet  à son frère Benoît, en 1899, et qu'il installe son modeste atelier dans le quartier des Brotteaux, à proximité du Boulevard des Belges là où demeure la clientèle potentielle, il quitte la Croix-Rousse et élit domicile sur la rive gauche dans un appartement 35, cours Gambetta, à la hauteur de l'avenue Jean Jaurès; sa soeur Julie fait office de maîtresse de maison.

En 1907, quelques mois après son mariage, il s'installe à côté de la Préfecture au 19, rue de Bonnel. Son fils aîné Jean, né en 1908, étant de santé délicate, il décide de s'éloigner des bords du Rhône et achète, dans le quartier de Grange Blanche rue Viala, une maison avec un jardin. Il est exproprié quelques années plus tard dans le cadre du projet de construction de l'hôpital Edouard Herriot. Il achète alors plusieurs lots de terrains dans le parc Chaussagne, au sommet de l'avenue Rockefeller, alors montée des Sables, et fait construire à partir de 1911 sa demeure familiale à proximité de l'usine de Monplaisir, et en direction de Vénissieux où il commence à acheter les parcelles qui composeront, en 1915, un tènement de 300ha.

Les plans sont de l'architecte lyonnais Paul Bruyas, la décoration de Louis Majorelle et Jacques Grüber, de l'Ecole de Nancy; la villa est implantée dans un parc de près d'un hectare. De l'autre côté de l'avenue Esquirol, en face de la maison, le vaste jardin potager est inclus, dans les années 1930, dans l'emprise de l'hôpital militaire Desgenettes.