Renault 12/Dacia

Dacia : la version internationale de la marque au losange

La Renault 12 dévoilée en 1969 a eu une longue histoire grâce au succès du modèle sur le marché français, européen et mondial. La voiture a connu au cours de sa production jusqu’au début des années 1980 des modifications qui ont donné différents modèles.

Renault 12 : ses évolutions depuis les années 60

Voiture de classe moyenne, la Renault 12 produite en France et ailleurs dans le monde a eu une carrière riche avec des millions d’exemplaires vendus.

Présentation du modèle

Les versions L et TL de la Renault 12 sont lancées en septembre 1969. Les sièges avant sont séparés et inclinables, le véhicule est doté d’accoudoir central, de portes, d’éclairage dans le coffre et de miroir de courtoisie. La calandre en plastique noir vient s’ajouter au style. C’est en 1970, durant le salon de Paris que sont présentés les breaks L et TL. Les breaks L et TL dévoilés au Salon de Paris de 1970 sont équipés d’une poignée de maintien pour le passager avant, d’un nouvel accélérateur, d’une grille sur le levier de vitesse et de nombreuses nouveautés dans l’habitacle et au niveau des coffres.

Le style de la R12 a montré des évolutions sans changer certains caractères essentiels de la marque au losange. Le modèle paraît de profil symétrique entre l’arrière et l’avant, avec une tendance en pente concernant les deux parties. La voiture était équipée d’un moteur Cléon-Source 1289 cm³ à carburateur d’une puissance de 54 CV. La transmission était de type manuel à 4 vitesses. Le système de freinage de type mixte fonctionnait avec des disques avant et une batterie à l’arrière.

La version Break

La version break et familiale de la Renault 12 apparaît en 1970 avec une innovation au niveau de la capacité de démarrage qui est améliorée pour répondre aux critiques. Au fil des années, ce modèle va connaître les mêmes évolutions que la berline et sera plébiscité par le public grâce à son aspect pratique et à sa grande capacité de charge. Ce succès va pousser Renault à construire un dérivé commercial du modèle break, sans banquette arrière, donnant un grand espace vide à l’intérieur pour charger les marchandises. L’espace disponible pour le chargement atteignait près de 2 m3, un niveau exceptionnel pour cette version qui avait seulement gagné six centimètres de plus que la berline. L’extérieur de la version commerciale de la R12 break se distingue par son arrière portant des feux positionnés de manière verticale.

La version Gordini

La R12 Gordini conçue en 1970 s’inscrivait dans la lignée de la version R8 Gordini, qui a permis à de nombreux passionnés de sport automobile de s’affiner dans cette discipline. Ce nouveau modèle sport de Renault a connu un long développement avant de voir le jour.

Version restylée en 1975

Le restylage de la Renault 12 intervient en 1975, le véhicule arborant une nouvelle calandre incrustée dans une trame en plastique gris. Le pare-chocs plus hauts porte des feux et butoirs. On note un agrandissement des optiques arrière avec la présence de feux de recul étirés. La voiture bénéficie également de freins assistés, d’une nouvelle planche de bord avec un combiné plus large, d’extracteurs d’air latéraux et horizontaux noir mat, ainsi que de nouvelles jantes, à la place d’enjoliveurs chromés.

Le modèle L est doté d’un moteur à essence avec une puissance régressée à 50 ch. En 1978, les ceintures de sécurité arrière obligatoires font leur apparition et les feux avant deviennent bicolores. À l’arrivée de la Renault 18, la gamme R12 se composait de la version L, break, TL, break TL, Automatic, break Automatic, TS et break TS. La berline et le break TL ont été les seules versions gardées dans le catalogue jusqu’en 1980.