Fiche documentaire

Cottin & Desgouttes

DB00022.jpg

Couverture du catalogue Cottin & Desgouttes 1907
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1907)

DB00023.jpg

Couverture du catalogue Cottin & Desgouttes 1912
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1912)

DB00024.jpg

Châssis 12/16 HP 4 cylindres, alésage de 80 mm ou 160 mm pour la course, catalogue Cottin & Desgouttes 1912, p.4
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1912)

DB00025.jpg

Couverture du catalogue Cottin & Desgouttes 1921, imprimé par Draeger, Paris, 1921
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1921)

DB00026.jpg

Torpédo, catalogue Cottin & Desgouttes 1921, p.10
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1921)

DB00027.jpg

Conduite intérieure, catalogue Cottin & Desgouttes 1921, p.11
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1921)

DB00028.jpg

Coupé de grand luxe, catalogue Cottin & Desgouttes 1921, p.12
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1921)

DB00029.jpg

Limousine, catalogue Cottin & Desgouttes 1921, p.13
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1921)

DB00030.jpg

Roue d’une “Sans Secousses” Cottin & Desgouttes au cours du rallye saharien 1930, avec pilotes et africains
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1930)

DB00031.jpg

Arrivée à Timimoun de la “Sans Secousses” Cottin & Desgouttes lors du rallye saharien 1930
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1930)

DB00032.jpg

“Sans Secousses” Cottin & Desgouttes, départ du rallye saharien 1930
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1930)

DB00033.jpg

Voiture Cottin & Desgouttes grimpant une côte, publicité, 1913
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1913)

DB00034.jpg

Enfant au volant d’une voiture Cottin & Desgouttes, publicité, 1913
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1913)

DB00035.jpg

Officiers dans voiture Cottin & Desgouttes passant devant des ruines, publicité extraite de l’Illustration, 1917
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1917)

DB00036.jpg

Publicité Cottin & Desgouttes, 1914
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1914)

DB01093.jpg

Camionnette Cottin & Desgouttes type M, 1921
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1921)

DB01185.jpg

“Sans Secousses” Cottin & Desgouttes, type TA, 1930
Fondation de l’automobile Marius Berliet - Lyon (1930)

Pierre Desgouttes fait ses débuts à l'âge de 22 ans, en 1896, chez Audibert & Lavirotte, où il est chargé de la conception des modèles. Lorsque Marius Berliet rachète cette affaire en faillite, en 1902, il l'engage comme ingénieur d'études. Pierre Desgouttes quitte l'entreprise Berliet en 1904 pour fonder la Société des Automobiles P. Desgouttes et Cie. Elle est située place du Bachut, c'est-à-dire, en ce début de siècle, à l'une des principales sorties Est de Lyon, en bordure de terrains maraîchers.

 

Les premiers modèles de la marque, un coupé Kellner de 12ch à moteur 4 cylindres et une limousine du même carrossier montée sur un châssis de 20ch, sont exposés au Salon de Paris de décembre 1905. Est également exposé un châssis de démonstration de 24-40ch à moteur 4 cylindres, souvent considéré comme la première production de la Société Desgouttes & Cie. Il comporte, entre autres, un carburateur à réglage automatique, un embrayage métallique à commande centrale et une boîte de vitesses à quatre rapports.

Début 1906, la jeune société s'assure le concours d'un industriel connu, Cyrille Cottin, et prend sa raison sociale définitive: Cottin & Desgouttes. Pierre Desgouttes continue à assurer plus particulièrement la direction technique; Cyrille Cottin prend en charge le rôle actif de directeur commercial, nécessité par les besoins nouveaux. La société prépare aussitôt un vaste programme de production.

Dès le mois de mai 1906, dans la course de côte de Limonest, une 24ch Cottin & Desgouttes, équipée d'un moteur de 120mm d'alésage et pilotée par Fraignac, se classe première de sa catégorie, battant non seulement tous les temps réalisés par les voitures concurrentes, mais également ceux des voitures courant dans une classe supérieure.

La marque est lancée.

Viennent de nombreuses victoires. Chaque année amène de nouveaux succès, qui assoient solidement la réputation de robustesse et de puissance des moteurs Cottin & Desgouttes: Meeting d'Ostende, Coupe Léopold II en 1906, course de côte de Limonest, Rallye de Tourisme de Marseille, course de côte de Monteur, course de côte de Val Suzon, coupe Laederlin, course de côte du Mont Pilat, en 1907… chaque saison amenant sa moisson de lauriers.

Cottin & Desgouttes est l'un des premiers constructeurs français à adopter le moteur monobloc, la boîte de vitesses à prise directe et la transmission par cardan.

Après la Première Guerre mondiale, Cottin & Desgouttes étudie des modèles nouveaux et porteurs de nouveautés. C'est d'abord, en 1922, le type M, avec un moteur de 2600cm3 à soupapes en tête culbutées, freins assistés sur les quatre roues, vilebrequin monté sur cinq paliers et double allumage (magnéto et allumeur).

C'est à cette époque que Pierre Desgouttes quitte l'entreprise où il est remplacé par Paul Joseph. Celui-ci met aussitôt à l'étude un modèle plus puissant et plus rapide que le type M, modèle destiné à la compétition. C'est, en 1923, la 3 litres, avec deux bougies horizontales et trois soupapes par cylindre (deux pour l'admission et une plus grande pour l'échappement).

En 1924 est préparé un modèle encore plus performant en prévision des Grands Prix de Tourisme de l'A.C.F., lesquels sanctionnent la voiture la plus rapide et la plus économique. Des études aérodynamiques sont effectuées pour la première fois sur la forme à donner à la carrosserie. Les voitures Cottin & Desgouttes remportent les trois premières places du Grand Prix de Tourisme couru à Lyon en 1924. Entre 1924 et 1925, la marque totalise 27 victoires et records.

Puis, en 1925, sort la Sans Secousses dont les premiers modèles furent présentés au Salon 1925. Ils y font sensation. L'idée ayant conduit à ce nouveau modèle est la suivante: les succès obtenus par la marque en compétition l'ont été sur des circuits de bonne qualité, bien entretenus (beaucoup d'essais étaient effectués par Cottin & Desgouttes sur l'autodrome de Miramas). Or le réseau routier français, très hétérogène, comporte des revêtements souvent mauvais sur lesquels la circulation automobile à bonne vitesse est difficile et inconfortable. Il est donc souhaitable qu'une amélioration soit apportée à la suspension. La voiture posséderait alors sur mauvaise route toutes les qualités démontrées sur les circuits routiers.

Ce modèle révolutionnaire comporte des roues indépendantes à l'avant et à l'arrière. Les premières Sans Secousses utilisent des moteurs de 12 et 16ch. On voit apparaître une 10ch en 1927, puis une 11ch et une 18-20ch au Salon de 1928. Une 14ch est présentée au Salon de 1929. C'est le dernier modèle de la marque.

Les mêmes modèles figurent encore au Salon de 1930, mais la crise touche déjà de nombreux constructeurs automobiles. Le montage se poursuit néanmoins à petite cadence jusqu'en 1931. En 1932, les stocks sont liquidés pour couvrir le passif.