Fiche documentaire

Arbel

Berliet et ses fournisseurs: Arbel, extrait de Berliet Informations n°179, janvier février 1971

 

Les Etablissements Arbel ont été fondés en 1869 à Rive-de-Gier par M. Lucien Arbel, arrière-grand-père de l'actuel Président Directeur Général. En 1894, M. Pierre Arbel créait les Forges de Douai, société indépendante de la précédente. Les établissements Arbel se sont spécialisés, dès 1896, dans l'emboutissage à chaud et à froid des aciers ordinaires et spéciaux et des métaux non ferreux. En 1901, le premier wagon de grande capacité à déchargement automatique en tôle emboutie sort de l'usine. Cinq ans plus tard, Arbel fabrique son premier longeron d'automobile, en tôle emboutie, remplaçant les lourds profilés utilisés jusqu'alors par une poutre d'égale résistance, plus légère.

C'est en 1907 que les Etablissements Arbel et les Forges de Douai se regroupèrent sous la dénomination: Ets Arbel Forges de Douai Forges de Couzon qui devint en 1936 Etablissements Arbel. Les usines de Douai sont devenues filiales des Etablissements Arbel sous le nom Arbel Industrie depuis 1969. Actuellement Arbel dispose de 35 hectares, dont 10 de bâtiments, répartis de part et d'autre de la voie ferrée Lille Paris. Les usines 1, 2 et 3 sont reliées entre elles par une passerelle qui enjambe la voie ferrée et qui a donné son nom au journal d'entreprise. Arbel emploie 2515 personnes dont 2005 ouvriers, 510 mensuels (250 employés, 200 techniciens et agents de maîtrise et 60 cadres). Cet effectif a augmenté de 1000 personnes au cours des dix dernières années. La production se répartit en deux branches principales d'importance équivalente: le wagonnage et l'emboutissage.

Le wagonnage

Le wagonnage fabrique depuis toujours les wagons destinés au transport de charbon et de minerai. En 1967, la SNCF commanda à Arbel 12000 wagons couverts Gas à boggies (longueur 17m) avec portes coulissantes. Cet important marché venait fort à propos relayer ceux des Houillères qui allaient en déclinant. Pour la réalisation de cette commande, une coopération fut organisée entre Arbel et la Société Franco-Belge de Raismes. Cette dernière exécutait le châssis tandis que la Société Arbel fabriquait la caisse et terminait le montage.

En 1971 les wagons seront fabriqués à la cadence de 30 par jour, une partie appréciable de la production sera exportée en République Démocratique Allemande (plus de 4000 wagons) et en Espagne (650 wagons). Des pourparlers sont en cours avec l'U.R.S.S. Dans ce domaine, Arbel occupe une des toutes premières places en Europe. Parmi ses principaux concurrents français citons les Ateliers du Nord de la France et la SNAV à Vénissieux. Outre les wagons, Arbel produit également une infinité de pièces qui vont de l'évier en acier inoxydable aux demi-sphères destinées aux soucoupes plongeantes du commandant Cousteau, de l'auge à cochons aux fonds de fusées pour l'industrie spatiale.

L'emboutissage : 70 presses

L'atelier d'emboutissage à froid est construit sur les anciennes fortifications de Vauban. Il comprend 6 halls de 300 à 350 mètres de long et il groupe 70 presses à simple et double effets de 80 à 3500 tonnes, parmi lesquelles celle de 3500 tonnes de marque Clearing qui fut importée des Etats-Unis. Pendant longtemps elle resta la plus puissante d'Europe. Ce titre vient de lui être ravi par une presse Weingarten, installée en Grande-Bretagne. Les longerons Berliet, d'une épaisseur de 10mm, sont emboutis sur la presse Clearing de 3500 tonnes. Notons qu'Arbel fabrique 75% des longerons montés à Bourg-en-Bresse. Une nouvelle ligne de presse pour carrosserie est en cours d'installation, elle comportera notamment une presse double effet de 1000 tonnes et 3 presses simple effet de 750 tonnes.

La production se situe autour de 10000 tonnes de pièces finies par mois. Les aciers parviennent en wagon des fournisseurs (Usinor Dunkerque, Denain Pompey, etc.) directement à l'usine, par voie ferrée. Les matières premières pour la fabrication des longerons Berliet sont stockées, puis grenaillées et huilées avant d'être mises en œuvre. Tous les outils de presse sont stockés et marqués de couleurs différentes selon leur utilisation: vert pour Daf, bleu et jaune pour Simca, orange pour Citroën et Berliet. La grande variété des pièces fabriquées exige une surface de stockage considérable et d'importants moyens de manutention.

L'atelier d'outillage carrosserie groupe 200 personnes. Il est équipé de fraiseuses à reproduire, de machines classiques, de presses à présenter, de tours à surfacer, de raboteuses, de machines à pointer, etc. En plus des outils de carrosserie, cet atelier fabrique également des matrices d'estampage, notamment pour les vilebrequins Peugeot, et des matrices pour Imphy, ainsi que des outillages plastiques pour séries prototypes. L'atelier de contrôle et de mesure est complété par un laboratoire pour les études métallurgiques et les essais mécaniques (12 personnes). Les traitements de surface comportent: le sablage, le grenaillage, les machines à dégraisser, les cabines de peinture, l'atelier de galvanisation (80 personnes). Le creuset contient 200 tonnes de zinc en fusion à une température de 450°C. Quant au traitement thermique, il est fait dans un four ayant une capacité de 2,5t/heure à 650 ou 900°C suivant le traitement à effectuer. Un autre four, ayant une capacité de 3t/heures sera prochainement installé. Le soudage se fait par points ou à l'arc. Notons qu'Arbel est équipé d'une des plus puissantes pinces à souder d'Europe; commandée pour réaliser des pièces Berliet, sa capacité peut aller jusqu'à 24mm.

La collaboration avec Berliet

Pour notre société, Arbel réalise notamment des longerons de PCMU et PGR (longueur 10,7m, épaisseur 7mm) destinés à la RATP, de GR250, de GLM12 6x4 (poids 150kg), de GLR, de GBO (longueur 10,7m, épaisseur 10mm). Chaque nouveau type de véhicule exige un outillage différent. N'oublions pas non plus pour Berliet les cadres châssis N et P Citroën, les cadres châssis Berliet OK, les traverses en X, les supports pales de ventilateurs.

Le secteur emboutissage réalise aussi plusieurs catégories de pièces :

  • Les fonds de citernes de 300 à 3000mm de diamètre, soit une production mensuelle de 2000 tonnes.
  • Des pièces de carrosserie pour l'automobile, par exemple: les ailes avant droites de R.4, au rythme de 60000 pièces par mois, et les plateaux de freins avant pour 2CV Citroën.
  • Des longerons et pièces de carrosserie pour les véhicules industriels Daf, Willème, Saviem et Berliet.

Au pays des vint's d'osier

19 lignes d'autocars assurent le ramassage de 800 personnes, habitant dans un rayon de 5 à 13 kilomètres autour de Douai. Les autres viennent par leurs propres moyens. 25% du personnel réside à moins de 4 kilomètres de l'usine. Arbel recrute une part de son effectif parmi des Français d'origine étrangère, naturalisés depuis 2 ou 3 générations, en majorité polonaise. La plupart ont un certificat d'aptitude professionnelle, d'autres ont poursuivi leur formation avec l'Association de Formation Professionnelle des Adultes. Sur 280 nouveaux embauchés, le nombre de soudeurs s'élève à 220. La qualification du personnel varie suivant les essais passés de P1 à P3.

L'horaire de l'usine est de 46 heures 30 réparties sur 5 jours de travail. Il permet aux Vint's d'Osier (abréviation de "ventres d'osier", nom donné aux mannequins hauts de deux étages représentant les membres de la famille Gayant, les géants protecteurs légendaires de la cité), de mettre à profit leurs week-end pour cultiver leurs jardins. Malgré le climat sévère pendant 7 mois de l'année, rares sont ici les résidences sans jardin et les appartements en immeubles collectifs n'ont guère de succès. Les Douaisiens déploient dans l'exercice de leurs loisirs (ferronnerie, colombophilie, pêche, etc.) autant d'activité et d'ardeur qu'ils montrent de coeur à l'ouvrage dans leur travail quotidien, et tous les deux ans est organisé, dans la magnifique halle aux draps de l'Hôtel de Ville, un "Salon Arts et Loisirs" auquel participent les artistes amateurs des entreprises affiliées à l'Association Douaisienne du Commerce et de l'industrie. Le groupement Arts & Loisirs de la société Arbel Industrie est d'ailleurs à l'origine de cette manifestation. Elle regroupe les meilleures œuvres en peinture, sculpture, photographies, arts appliqués, etc.

La télévision régionale, reconnaissant la haute tenue artistique de cette exposition, ne manque pas d'apporter régulièrement son soutien pour faire connaître et apprécier les activités artistiques du personnel ouvrier et appointé des entreprises de la région qui occupe une bonne partie de ses loisirs au service de l'Art.

 (1971)